Simple comme un poulet fermier aux morilles et au Vin Jaune


J'ai été invitée à participer au concours culinaire organisé par la marque Supersec, intitulé "Il va y avoir du Spore". Le but est donc, bien sûr, de concocter une recette à base de champignons et de la poster sur son blog. Après avoir parcouru tous mes livres de cuisine et longuement réfléchi, j'ai décidé de vous rester fidèle et de vous proposer une recette ultra simple et délicieuse qui fera merveille pour un repas de fête. Et ça tombe pas trop mal me direz-vous!
Si ma version de ce grand classique de la gastronomie française est enfantine à réaliser, je vous conseille vivement de ne pas faire l'impasse sur des produits de qualité; surtout si vous souhaitez régaler vos convives. Investissez donc dans un bon gros poulet fermier qui fera toute la différence et faites-le découper par votre boucher ou votre volailler. Les morilles séchées sont assez onéreuses et vous n'y couperez pas, mais j'ai trouvé une astuce pour remplacer le Vin Jaune du Jura, qui lui, l'est encore plus! En parlant avec un bon caviste, il m'a conseillé un sherry sec portugais à environ 8 euros la bouteille (voir photo ci-dessous). Le résultat est assez bluffant surtout lorsque l'on n'a jamais eu l'occasion de goûter la version traditionnelle avec du Vin Jaune. Pour ceux qui ne veulent vraiment pas se casser la tête, prenez un bon vin blanc, c'est différent mais pas mal non plus.
Commencez par faire tremper les morilles séchées dans un bol d'eau tiède. Prévoyez 2 heures pour les réhydrater complètement. 
Dans une cocotte en fonte (très important pour bien réussir la recette), faites fondre trois belles noix de beurre avec une goutte d'huile d'olive puis mettez à revenir les morceaux de poulet, préalablement salés et poivrés, jusqu'à ce qu'ils aient une belle coloration. Vous pouvez le faire en plusieurs fois, si tout le poulet ne rentre pas dans la cocotte. Réservez tous vos morceaux sur une assiette, le temps de faire revenir les échalotes émincées sans qu'elles ne colorent trop, puis remettez le poulet et mélangez le tout. Ajoutez le vinsalez et poivrez, portez à ébullition puis couvrez et baissez le feu (mettez les blancs de poulet sur le dessus car ils cuisent plus vite que les autres morceaux). 
Laissez ainsi mijoter entre 20 et 30 minutes. Le poulet est cuit lorsque vous pouvez enfoncer facilement une fourchette dans une des cuisses. Personnellement, j'aime bien préparer ce plat à l'avance et le réchauffer au dernier moment. 
Lorsque le poulet est cuit, retirez tous les morceaux de la cocotte. Ajoutez la crème fraîche et faites réduire la sauce jusqu'à ce qu'elle épaississe un peu (une bonne dizaine de minutes). Pendant ce temps-là, égouttez vos morilles (attentions, retirez-les délicatement de leur eau sans prendre le fond dans lequel il y aura certainement un peu de sable) et rincez-les encore une fois. Prenez une petite poêle et faites-y chauffer une noix de beurre (10g) puis faites-y revenir les morilles pendant 5 minutes pour bien les sécher. Remettez le poulet, les morilles dans la cocotte et faites réchauffer quelques minutes de plus.
Servez dans des assiettes chaudes (c'est vraiment important lorsque l'on fait une belle et bonne recette comme celle-ci) avec le riz de votre choix (un mélange de riz sauvage ou même du riz violet Oxfam que l'on trouve chez Delhaize) et dégustez. Miam, j'en salive encore tellement c'est bon!
La liste des courses pour 4 personnes:
  • 1 beau poulet fermier de 1,5 kg environ
  • 2 échalotes émincées finement
  • 50cl de vin ou de sherry
  • 30 à 40g de morilles séchées
  • 30 cl de crème fraîche
  • 50g de beurre
  • sel et poivre
  • 30g de riz par personne

Le sherry que j'ai utilisé pour
remplacer le Vin Jaune



Commentaires

  1. Mmmmmh... j'ai tous les ingrédients pour préparer ça pour demain soir! Mais je ne sais pas quel vin servir... pouvez-vous m'aider?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Patricia,
      Le poulet étant cuit avec du Vin Jaune, l'idéal est de le servir avec un vin du même cépage, à savoir un savagnin. Comme c'est assez particulier, vous pouvez si vous le souhaitez, le servir avec un Pinot Noir. J'espère avoir pu vous aider, l’œnologie n'étant pas ma spécialité.
      Belle soirée.

      Supprimer
  2. ...Personnellement, j'aime bien préparer ce plat à l'avance et le réchauffer au dernier moment.... 
    Cela signifie-t-il préparer jusqu'au bout et rechauffer lavec les morilles en cocotte?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est exact. Je l'avais préparé dans l'après-midi et réchauffé tout doucement le soir.

      Supprimer
    2. Bonjour, je viens d'essayer la recette avec le même sherry que celui présenté ici et je trouve le résultat écoeurant. Que faire? N'ais-je pas assez dégraissé? J'essayerai demain de l'allonger avec un peu de crème. Auriez-vous d'autres conseils? Merci ;-)
      PS: ma mère a vraiment apprécié elle. Mais voulant le faire pour les fêtes, j'aimerais m'assurer que cela plaira au plus grand nombre ;-)

      Supprimer
    3. Bonjour, le vin jaune ou le sherry sont des vins particuliers. Soit vous n'aimez pas, alors je vous conseille de changer et d'utiliser par exemple un Pineau des Charentes ou un simple vin blanc, soit vous en avez mis trop ou ne l'avez pas assez fait bouillir pour faire évaporer l'alcool. Voilà, j'espère avoir pu vous aider. N'hésitez pas à me contacter par mail si nécessaire à myriam.baya@gmail.com. Belle journée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire